The Anarchist Cookbook
5 pour 1 vote

Préparer du LSD, fabriquer une bombe ou tuer à mains nues… Tout est décrit dans The Anarchist Cookbook. Ce petit guide destiné à la lutte armée connaît un succès dans la contre-culture américaine depuis sa sortie en 1971. Pourtant, contenus erronés et fins immorales suscitent le débat sur la légitimité de ce livre.

Le petit manuel du parfait terroriste

anarchisr cookbookPeu connu en France, The Anarchist Cookbook possède une certaine renommée dans la contre-culture américaine. Moins présent dans la culture populaire, l’ouvrage est toutefois mentionné dans le documentaire Bowling For Columbine de Michael Moore.

Le concept se résume vite : une succession de tutoriels apprenant à réaliser toutes sortes d’activités criminelles. Du meurtre à mains nues à la fabrication d’un silencieux en passant par la voiture piégée, le livre explique comment devenir un vrai malfrat en herbe.

L’écriture de The Anarchist Cookbook en 1971 résulte de la vive opposition de l’auteur à la guerre du Vietnam. Il destine le livre au peuple américain pour renverser le gouvernement. William Powell voyait en la violence un moyen de résistance à l’oppression pour la « majorité silencieuse ». Il rejette aujourd’hui cette position.

Pourquoi lire ce livre ? (ou pas)

Hormis une puérile curiosité en manque de sensationnel, rien ne peut vous pousser à consulter ce bouquin. Pas même le souhait de préparer un attentat ! Car derrière le joli packaging du sulfureux guide de l’anarcho-nihiliste, se cache en réalité un travail d’amateur aux informations erronées. Une simple recherche sur internet montre de nombreuses critiques démontant la crédibilité de l’ouvrage, truffé d’erreurs et omissions. Les recettes de drogues s’avèrent incomplètes, celle du TNT tout bonnement dangereuse pour son préparateur, etc. Les schémas, eux aussi pour beaucoup approximatifs, donnent l’impression d’avoir été dessinés par un enfant de huit ans.

poor man james bond survivalisme

Cet amateurisme a d’ailleurs poussé le survivaliste Kurt Saxon à écrire la série en quatre volumes The poor’s man James Bond. À prendre avec précaution, ses contenus semblent toutefois plus fiables.

Paradoxalement, le livre sert bel et bien aux terroristes. Des radicaux croates détournant un avion en 1976 à l’attentat d’Oklahoma City en 1995, l’ouvrage joue un rôle dans plusieurs affaires. Mais l’arrivée d’internet réduit encore plus l’intérêt de consulter ce bouquin. Aujourd’hui, n’importe quel truand peut retrouver sur le darknet l’ensemble des informations présentées dans le livre, sans erreurs et de manière plus détaillée.

À ce problème de crédibilité s’ajoute la question du titre. Tape-à-l’œil, il suscite de vives critiques de la part des militants anarchistes. Ces derniers dénoncent une utilisation détournée du terme « anarchiste », dans ce contexte totalement éloignée de leur idéal social et politique. L’association de la violence à l’anarchisme indigne également les libertaires de tendance pacifiste.

explosifs anarchist cookbook

Mais alors, que penser de The Anarchist Cookbook ? On tire une conclusion extrêmement mitigée de la lecture de ce pseudo brûlot nihiliste. Certes, les conseils distillés ont contribué à plusieurs actions terroristes. Certains passages, comme le troisième chapitre sur les armes et le combat, sont d’ailleurs toujours fiables. Mais l’arrivée du darknet et la palanquée d’approximations présentes ont déchu The Anarchist Cookbook du trône de la transgression sur lequel il siégeait depuis trop longtemps. À consulter par simple curiosité…

Caractéristiques

  • Titre : The Anarchist Cookbook
  • Auteur : William Powell
  • Type : manuel de bricolages douteux
  • Date : 1971
  • Pays : États-Unis
  • Pages : 160
  • Statut : Interdit en France depuis le 20 juin 1971

Où se le procurer ?

Introuvable en librairie en France, il est cependant possible de l’acheter sur internet depuis des sites étrangers. Des versions PDF sont également téléchargeables sur internet.